Au fil de la plume

Un forum pour les artistes *en herbe ou confirmés*, pour les dévoreurs de livres, ...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Contribution foromesque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
Nasuda
Admin
avatar

Messages : 903
Date d'inscription : 10/11/2010
Age : 21
Localisation : Castral Roc

MessageSujet: Re: Contribution foromesque   Ven 15 Avr - 23:34

BloomyT a écrit:
A rien. Ma vie se résume à rien. J'étais allé d'échec en échec. Devais-je en finir pour de bon ? Mais pour cela, il fallait déjà que je puisse bouger.
Suis-je réellement le raté que tout le monde dépeint ?


Dernière édition par Nasuda le Dim 17 Avr - 15:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-vie-en-gif.tumblr.com
BloomyT

avatar

Messages : 2133
Date d'inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Contribution foromesque   Dim 17 Avr - 12:30

je ne parlais pas de toi !!!!! What a Face What a Face What a Face What a Face What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nasuda
Admin
avatar

Messages : 903
Date d'inscription : 10/11/2010
Age : 21
Localisation : Castral Roc

MessageSujet: Re: Contribution foromesque   Dim 17 Avr - 15:08

lol! J'avais oublié la couleur Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-vie-en-gif.tumblr.com
BloomyT

avatar

Messages : 2133
Date d'inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Contribution foromesque   Lun 18 Avr - 23:57

Même avec cela, on croît vraiment que tu parles de toi....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bella

avatar

Messages : 463
Date d'inscription : 05/12/2010
Age : 18

MessageSujet: Re: Contribution foromesque   Mer 20 Avr - 20:11

Qu'avais-je fait pour mériter ça? Rien... rien de ma connaissance... est-ce la vie qui a choisit ce destin si injuste?!
(ps ct pas tres sympa :shock: )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BloomyT

avatar

Messages : 2133
Date d'inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Contribution foromesque   Mer 20 Avr - 20:43

Ecléclaircissant mes pensées, je me dirigeais vers la porte blindée. Cette dernière s'ouvrit, donnant assez de place pour me laisser entrer. J'écoutais le chant qui se faisait entedre. Un chant mélodieux qui commença à m'envouter. Ma curiosité piquée, je cherchais la source de cette merveille envoutante. Mais cela se révéla introuvable. Frustré, je décidai alors de me venger. Avançant à pas feutrés, je dégainais lentement mon poignard. Puis je crus, en m'avançant, entendre dans cette parfaite harmonie, un cri... Mon cœur s'accéléra :je n'avais jamais rien entendu de tel. Un cri aigu, à vous briser les tympans, mais il m'attirait vers lui, comme un aimant attire le fer. J'avançais encore et encore, mais trop vite beaucoup trop vite à mon goût car je sentais que le moment était proche.Celui de la rencontre, qui m'effrayait, mais que j'attendais tout de même ardemment. Un pas de plus...MA voila devant l'apparition !J'avais peur, mais la haine me gagnait de plus en plus, lorsque je m'aperçus que ce n'était pas moi qui controlait mon corps, mais quelque chose de fort, de plus fort encore que cette haine... Ce sentiment me faisait peur, très peur, car je ne pouvais le contrôler... Etait-ce de l'amour ? Pour qui, envers quoi ? Continuant d'avancer à pas de loup, je m'approchais vers l'objet de toutes les convoitises. Je m'étais trop préservé de ce moment mais c'était mon destin et rien ni personne n'aurait pu le changer. Je repensai alors à cette jeune fille, croisée dans une taverne, et qui m'avait parlé de cette mission. "L'homme appelé, seul, pourra le prendre dans ses mais, sans perdre la raison..." avait-elle dit. Je n'avais pas saisi alors le sens de ses mots, mais maintenant, je comprends tout, mais je n'ai plus d'espoir, je sens la mort, la mienne m'importe, mais celle de mes proches qui regardaient la scène avec effoi, alors qu'il y a encore quelques années nous vivions ensemble, heureux. Mais cette sensation d'être heureux a disparu en même temps que tous nos rêves... Devenais-je fou ? Cela voulait-il dire que je m'étais trompé, je n'étais pas l'Appelé, l'élu.... Malgré toutes mes craintes, je tendis le bras...et affleura sa peau soyeuse du bout de mes doigts. Et la, une vague de chaleur m'envahit, elle ressemblait... A mon souvenir, il me semblait reconnaitre ce contact qui dans le passé me faisait tant de bien et que maintenant je crains. Arwell, c'est ainsi que je l'appelais lorsque j'étais enfant. Il a du changé ! Mais ce contact... ! Je me ressaisis alors, je ne devais plus penser à mon passé, qu'à mon présent, ne pas visualiser mon futur : je me ferai trop de mal et peut-être ce contact n'était-il qu'un piège... Mais mon passé malgré tout mes efforts tournait dans ma tête, une scène en particulier... Je ne sais plus l'âge que j'avais, mais j'étais jeune, très jeune, et j'avais encore une gentille gouvernante qui s'occupait de moi. Elle a été ma mère, qui refusait de me voir. Je n'était qu'un bâtard pour elle. Ma gouvernante... Je lui dois presque tout. Elle m'a protégé de leur monde, même si parfois elle devait souffrir, c'est surement la personne la plus chère à mon cœur, je ne l'oublierai jamais, ou qu'elle soit. Je n'arrive pas à crier à la personne, si npus pouvons encore employer ce mot, ce que je pense d'elle, ce qu'elle lui a fait malgré ma haine. Je me sens défaillir... La folie doit prendre possession de mon esprit; je dois lutter contre ses souvenirs... Ne pas les oublier, mais juste les enfouir, afin de remplir ma mission. Mais que c'est dur... Rétablissant le contact avec la réalité, je me rends soudain compte que l'eau du petit ruisseau de tout à l'heur a monté ! J'en ai maintenant aux genoux. Et elle continue de monter. Je dois faire vite ! Mais comment faire pour échapper à mon destin, à la mort, comment sortir sans revoir les endroits de mes souvenirs que je dois oublier... Un visage m'apparut alors. Je doutai... Etait-ce bien réel, ou encore le fruit d mon imagination ? Etait-ce la mort qui venait me chercher, ou une amie venue me sauver ? J'avance... J'y suis presque... Encore que quelques centimètres... Je bascule en arrière, une force inconnue m'entraine. Que faire ? Cette force veut-elle me sauver ou me tuer ? Bientôt je le saurai, mais je me pose encore cette question : qu'ai-je vraiment fait ? Mourrais-je donc sans le savoir ? Je ferme les yeux... Et je hurle, je hurle... Que ce passe-t-il ? Ma chute c'est arrêtée, je me trouve comme suspendu en l'air ! Cette force ! Serait-elle bienfaisante à mon égard ? Dans ce cas, qu'est-elle réellement ? Un fantôme de mon passé ? Etait-ce réellement Elle, celle que j'attendais de"puis si longtemps, que je n'avais plus espoir de revoir ou sombrais-je réellement dans le délire ? Je me laissai allai. Mon corps ne bougeait plus. Il fallait que je retrouve le calme, dans mon esprit surtout, afin de pouvoir réfléchir. Repensant aux exercices de Yoga que je faisais plus jeune, je détendis mes muscles et oubliais toute pensée, toute crainte. Faire le vide, ceci m'aiderait et me soulagerait enfin. Petit à petit, le vide ce fit en mon esprit. Je ne pensai plus à rien, je ne voyais plus rien... Une sorte de voile noire. Je me laissai alors transporté.
Quand j'ai ouvert les yeux, j'étais allongé, dans un lit, dans une cabane. Je me levais, et titubais jusqu'à la porte. J'étais dans un arbre de plus de 100 mètres de haut. Comment cela pouvait être possible, je ne m'étais rendu compte de rien... Que c'était-il passé, et qu'étaient devenus mes amis ? J'étais seul dans cette cabane, il n'y avait aucun moyen de descendre : ni corde, ni échelle, et le tronc de l'arbre paraissait bien lisse.Une solution était donc possible : par les airs. Mais comment ? Et puis quand je serais en bas que ferais-je, que m'arrivera-t-il ? Il fallait que je réfléchisse, mais la faim m'en empêchait : je ne savais depuis combien de temps je n'avais pas mangé... Regardant autour de moi, je découvris une corbeille de fruits variés inconnus à ma science. Je ne les avais pas vu avant... Comment avaient-ils pu arriver ? Encore un nouveau mystère. mais je n'avais plus assez d'énergie pour réfléchir. et les fruits dégageaient des parfums enivrants. Bien qu'hésitant, je tendis une main vers l'un d'eux et m'en saisis. Je croquai dedans à pleine dents, affamé. Je vis alors un mot.... Et cette question alors me frappa : qui pouvait encore penser à moi ? Etait-ce celui qui m'avait amené jusqu'ici ? Mais qui ? Mais je ne comprenais pas ce qui était noté, je ne connaissais pas cette forme d'écriture. Cette "écriture" se trouvait sur tous les autres fruits. Un message à faire passer. Que je ne pouvais interpréter. Je n'avais jamais appris cette langue, mais je l'avais déjà, j'en étais sur. Je devais me replonger dans mes souvenirs... Il fallait que je me concentre... Soudain cette question me vint à l'esprit : "quelle heure était-il, et quel jour était-on ? Beaucoup de questions sans réponses. Et le fruit, délicieux, légèrement acidulé, tout en étant sucré, ne m'avait pas encore fournit assez d'énergie. Je m'assis donc pour continuer mon repas. Le jus coulait entre mes doigts, et formait une sorte de paroi gluante. Quand j'eus fini, je n'avais plus de mains. Mais des palmes. Je voulus crier mais une force, quelque chose me retenait, plus fort que la peur. Qui avait pu faire cela ?! A moins que...l'eau. Mais oui, l'eau, je devais aller dans l'eau, elle repousserait l'incarnation du mal qui m'épie depuis toujours... Mais pourquoi me prévenir comme cela ? Quelque chose m'avait été cachée auparavant, mais quoi ? Mais ou trouver de l'eau. Lors de ma visite des lieux, je n'avais rien vu, pas une marre au sol... L'eau est partout, m'avait-on dit, un jour de brouillard. Le brouillard... S'il montait à cette hauteur, j'avais une chance. Je ne pouvais pas attendre les bras croisés... Je devais donc... Sauter !!! La peur m'envahit, même si j'essayais de me rassurer que je sauterais dans de l'eau, que le brouillard me soutiendrait... Je devais tenter ma chance coute que coute, je n'avais plus rien à perdre... Je me lançai... La chute, contrairement à ce que je craignais, au lieu de me faire peur, me grisa... Pour une fois, je me sentais enfin libre. La sensation de tomber n'était pas. Je ne me sentais pas oppressé. J'avais l'impression de flotter. J'ai voulu alors tester... Ecartant les bras, je les agitais comme un oiseau. Et là ! Oh miracle, je montais ! Je montais... Comment cela pouvait-il être possible ? Pourquoi me poser cette question alors que, maintenant,tout devenait si impossible. Je ne savais que penser vraiment... C'est alors qu'autour de moi, tout s'assombrit. Au loin, des éclairs zébrèrent le ciel. Un violent orage approchait. Déjà, je recevais quelques gouttes d'eau. Utilisant mon talent recement découvert, je me dépêchais de m'éloigner. Mais le vent de m'entrainer vers le tourbillon. Que faire, étais-je donc perdu... C'est alors que je repensai à l'eau et...à mes palmes ! Il devait forcément y avoir un rapport avec cette tempête. Qu'allais-je devenir ? En quoi allais-je me transformer ? En batracien, avec mes membres palmés, ou en oiseau, vu que je pouvais voler ? Ou un croisement des deux, devenir une sorte de monstre.Un monstre mutant... Etait-ce ma véritable nature ? Condamné à ce cacher pour échapper à la folie des hommes. Pouvais-je m'y résoudre et abandonner celle pour qui j'étais là ? Alors tout ce que j'avais fait serait réduit à néant. Non, je ne pouvais abandonner ! et pourtant... Renoncer était mon destin, je le savais. Est-il possible de renoncer à son destin ? Au fond de moi, je l'espérais. Mais contre qui ou quoi devais-je me battre ? Ou la trame de ma vie était-elle enregistrée, gravée, afin que je puisse essayer de changer ce cours de ma vie ? Sortant de nouveau de mes pensées funestes, je tentais tant bien que mal de me sortir de cette périlleuse situation. J'essayais de me remémorer chaque petit détail d'un moment ou je pense que je pouvais apprendre ou était gravé ma vie... Mais je n'arrivais à rien, je ne me souvenais pas car je fus distrais par... Une libellule ! Cette libellule, pourquoi m'a-t-elle tant distraite ??? C'est alors que tout me vint à l'esprit ! Je lui avais couru après ! Elle m'avait amené à un endroit puis c'était envolé... Alors serait-ce possible que... Si je me rappelais ou cette poursuite m'avait conduite, alors je pourrais connaitre ma vie, et peut-être réussir à en détourner son cour. De l'eau, encore de l'eau. Toujours de l'eau. L'eau. Une libellule. Un lac. Une rivière. Un manoir. Blanc. Comme les draps et la figure de ses occupants. Non, pas tous les drap ! Un... Rouge. Du sang . Une femme dans la douleur. Un enfant dans le bonheur. Était-ce là qu'étaient tous les secrets que recelait ma vie ? Mais pourquoi cet enfant était heureux de la douleur de cette femme... Est-ce encore un mystère de ma vie ? Je ne tarderais pas à le savoir... La terre se rapprochait. La terre, notre mère à tous. Notre mère !!! Ma mère !!! Ma mère était morte, en couche, alors qu'elle attendait une fille. Une fille, ma sœur. Ma sœur que j'étais heureux de rencontrer. Ou était-elle maintenant ? Ou ce trouvait le château des visages blancs ? Il me fallait réfléchir. Et vite. Le tourbillon approchait... Que faire... La réponse s'imposait à moi, je le savais, mais je ne trouvais pas la force de me concentrer... La réponse est la, au bout de mes doigts, j'en suis sur... Juste un petit peu de concentration et... Je pourrais trouver. Des éclairs, l'orage... Le vent qui soufflait. La pluie me frappait le visage. Puis soudain...Pas de douleurs. Pas de sensation. Ma chute s'était arrêtée. Je ne pouvais plus bouger. Plus rien ressentir. Etais-je mort ? Etais-je passé de vie à trépas ? Avais-je fais le grand saut ? Tant de question, trop même... Mais comment ? L'orage ne m'avait pas encore frappé et je n'étais pas tombé... Tant de mystère ! Les mystères hantaient ma vie depuis mon enfance... J'avais grand dans le mystère qui, autour de moi, prenait de l'ampleur, grandissait... Si un jour seulement j'avais osé poser LA question. Celle qui m'aurait évité d'autres mystère encore. Mais pour moment, il fallait que je m'occupe de moi à l'instant présent. Je n'arrivai toujours pas à ouvrir les yeux, je ne savais donc pas ou je me trouvais, dans quelle état je pouvais être. Vivant ou mort, ou dans l'attente d'un nouveau passage pour un autre ailleurs ? Un ailleur qui serait...Meilleur ou pire... Mais quelle est réellement la destination finale... Y en a-t-il seulement une ? Ne penser qu'au présent, le présent, le présent... C'est si dur... Le passé me hante et le futur m'intrigue... Futur... En aurais-je seulement un ? Bonne-maman disait toujours que rien n'est fait au hasard... Ou était Bonne-maman ? Cela faisait longtemps qu'elle avait disparu. Je voudrais tant la retrouver. Encore une recherche. Cela m'épuisait. Mais maintenant, maintenant, ou étais-je. J'essyais encore d'ouvrir les yeux, de bouger, en vain. Mon futur, s y j en avais un n'aurait plus de sens... alors à quoi bon... à quoi c'est vraiment résumé ma vie? A rien. Ma vie se résume à rien. J'étais allé d'échec en échec. Devais-je en finir pour de bon ? Mais pour cela, il fallait déjà que je puisse bouger. Suis-je réellement le raté que tout le monde dépeint ? Qu'avais-je fait pour mériter ça? Rien... rien de ma connaissance... est-ce la vie qui a choisit ce destin si injuste?! Cela vaut-il donc la peine de continuer ? Je ne le sais plus. De l'aide.... Il me faut de l'aide. J'en suis toujours au même point. Je ne peux jamais compter que sur moi même. Je me crois fort, intelligent... J'ai osé partir seul pour cette aventure, laissant mes amis dans l'ignorance de mon dessein. Et pour être sur, j'ai même brouillé les pistes afin de les éloigner le plus possible. Mais voila que maintenant, je pleure leur absence ! Que font-ils en ce moment ?


Dernière édition par BloomyT le Mer 15 Juin - 15:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nasuda
Admin
avatar

Messages : 903
Date d'inscription : 10/11/2010
Age : 21
Localisation : Castral Roc

MessageSujet: Re: Contribution foromesque   Ven 6 Mai - 19:57

Mais dans cet univers désolé, à qui demander de l'aide ? Vers qui (ou quoi) se tourner ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma-vie-en-gif.tumblr.com
saniadu60

avatar

Messages : 133
Date d'inscription : 14/01/2011
Age : 19
Localisation : picardie

MessageSujet: Re: Contribution foromesque   Ven 6 Mai - 21:58

trop nul meme pas pus y participer snif je reviendrait quand on m envera un message merci bien on ne ma point attendu!
bon ben bye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BloomyT

avatar

Messages : 2133
Date d'inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Contribution foromesque   Dim 22 Mai - 5:06

J'en suis toujours au même point. Je ne peux jamais compter que sur moi même. Je me crois fort, intelligent... J'ai osé partir seul pour cette aventure, laissant mes amis dans l'ignorance de mon dessein. Et pour être sur, j'ai même brouillé les pistes afin de les éloigner le plus possible. Mais voila que maintenant, je pleure leur absence ! Que font-ils en ce moment ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BloomyT

avatar

Messages : 2133
Date d'inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Contribution foromesque   Sam 11 Juin - 5:28

Que font-ils ? Comme toujours, je me pose des questions sans réponses. J'en ai l'habitude, pourtant. Mais cette fois, je n'arrive pas à me défaire de cette angoisse qui m'etreint. Je suis seul, vraiment seul. Perdu dans ce monde qui parait pourtant habité. Ou du moins, qui le fût. Perdu dans ce monde, ne pouvant plus ouvrir les yeux, ne pouvant plus bouger, ne ressentant plus rien. Que suis-je devenu ? Un corps sans réelle vie, une masse inerte. Un Esprit prisonnier. Même pas un fantôme. Ou si, celui de mon propre cerveau. Je lui fais peur, je me fais peur. Et je ne peux même pas hurler. Physiquement, je veux dire... Car dans ma tête, ma pauvre tête, mes cris répondent à mes hurlements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BloomyT

avatar

Messages : 2133
Date d'inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Contribution foromesque   Lun 13 Juin - 3:22

Je n'ai plus de sensations. Du moins... Si, je ressens tout de même mes cris descendre le long de ma colonne, partir dans mes bras, mes jambes. Et cette onde, parfois, à mon grand soulagement, disparait, comme absorbée dans le sol dans lequel je dois être prisonnier. Mais sinon... SINON... Comme un mascaret, je la sens remonter, plus dévastatrice que jamais, faisant tressaillir mes membres. Je la sens remonter, m'emplissant d'une terreurs inouïe. Et je crie, je crie, sons inarticulés. Espérant que cette vague coupera LA vague. Mais cela ne se produit jamais... Balayée par la puissance, elle se retourne, emplifiant encore l'onde dévastatrice. Et lorsqu'elle arrive... Oh non... En voila e, plus forte que jamais... Au secours, au secours...


Pourquoi ai-je crié ? Je le sais que cela ne sert à rien. Mais la peur, la peur me fait faire des choses... Je du m'évanouir, car je ne me rappelle de rien. Je n'ai pas ressenti l'explosion. Et les ondes qui se choquent sur les parois, s'entrechoquent... Mais j'ai mal, plus mal qu'à l'habitude... Que m'arrive t'il ? Quelle est cette odeur métallique ? Et ce goût , salé, sucré même ? Ma gorge me brûle, mes poumons me brûlent... C'est du sang... Mon sang, qui remplit ma bouche, mes narines. Paquets visqueux qui obstrue ma respiration... Mes poumons éclatent... Mon cerveau aussi. Je sens mon cœur s'accélérer...

JE VAIS MOURIR... JE VAIS ÊTRE ENFIN LIBRE, JE NE SOUFFRIRAI PLUS !!! OUI, JE SUIS ENFIN HEUREUX. J'ATTENDS. VIVE LA MORT, MA MORT, QU'ELLE M'EMPORTE VITE...
JE ne ressens enfin plus rien...

Adieu !!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BloomyT

avatar

Messages : 2133
Date d'inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Contribution foromesque   Mer 15 Juin - 15:07

Ecléclaircissant mes pensées, je me dirigeais vers la porte blindée. Cette dernière s'ouvrit, donnant assez de place pour me laisser entrer. J'écoutais le chant qui se faisait entedre. Un chant mélodieux qui commença à m'envouter. Ma curiosité piquée, je cherchais la source de cette merveille envoutante. Mais cela se révéla introuvable. Frustré, je décidai alors de me venger. Avançant à pas feutrés, je dégainais lentement mon poignard. Puis je crus, en m'avançant, entendre dans cette parfaite harmonie, un cri... Mon cœur s'accéléra :je n'avais jamais rien entendu de tel. Un cri aigu, à vous briser les tympans, mais il m'attirait vers lui, comme un aimant attire le fer. J'avançais encore et encore, mais trop vite beaucoup trop vite à mon goût car je sentais que le moment était proche.Celui de la rencontre, qui m'effrayait, mais que j'attendais tout de même ardemment. Un pas de plus...MA voila devant l'apparition !J'avais peur, mais la haine me gagnait de plus en plus, lorsque je m'aperçus que ce n'était pas moi qui controlait mon corps, mais quelque chose de fort, de plus fort encore que cette haine... Ce sentiment me faisait peur, très peur, car je ne pouvais le contrôler... Etait-ce de l'amour ? Pour qui, envers quoi ? Continuant d'avancer à pas de loup, je m'approchais vers l'objet de toutes les convoitises. Je m'étais trop préservé de ce moment mais c'était mon destin et rien ni personne n'aurait pu le changer. Je repensai alors à cette jeune fille, croisée dans une taverne, et qui m'avait parlé de cette mission. "L'homme appelé, seul, pourra le prendre dans ses mais, sans perdre la raison..." avait-elle dit. Je n'avais pas saisi alors le sens de ses mots, mais maintenant, je comprends tout, mais je n'ai plus d'espoir, je sens la mort, la mienne m'importe, mais celle de mes proches qui regardaient la scène avec effoi, alors qu'il y a encore quelques années nous vivions ensemble, heureux. Mais cette sensation d'être heureux a disparu en même temps que tous nos rêves... Devenais-je fou ? Cela voulait-il dire que je m'étais trompé, je n'étais pas l'Appelé, l'élu.... Malgré toutes mes craintes, je tendis le bras...et affleura sa peau soyeuse du bout de mes doigts. Et la, une vague de chaleur m'envahit, elle ressemblait... A mon souvenir, il me semblait reconnaitre ce contact qui dans le passé me faisait tant de bien et que maintenant je crains. Arwell, c'est ainsi que je l'appelais lorsque j'étais enfant. Il a du changé ! Mais ce contact... ! Je me ressaisis alors, je ne devais plus penser à mon passé, qu'à mon présent, ne pas visualiser mon futur : je me ferai trop de mal et peut-être ce contact n'était-il qu'un piège... Mais mon passé malgré tout mes efforts tournait dans ma tête, une scène en particulier... Je ne sais plus l'âge que j'avais, mais j'étais jeune, très jeune, et j'avais encore une gentille gouvernante qui s'occupait de moi. Elle a été ma mère, qui refusait de me voir. Je n'était qu'un bâtard pour elle. Ma gouvernante... Je lui dois presque tout. Elle m'a protégé de leur monde, même si parfois elle devait souffrir, c'est surement la personne la plus chère à mon cœur, je ne l'oublierai jamais, ou qu'elle soit. Je n'arrive pas à crier à la personne, si npus pouvons encore employer ce mot, ce que je pense d'elle, ce qu'elle lui a fait malgré ma haine. Je me sens défaillir... La folie doit prendre possession de mon esprit; je dois lutter contre ses souvenirs... Ne pas les oublier, mais juste les enfouir, afin de remplir ma mission. Mais que c'est dur... Rétablissant le contact avec la réalité, je me rends soudain compte que l'eau du petit ruisseau de tout à l'heur a monté ! J'en ai maintenant aux genoux. Et elle continue de monter. Je dois faire vite ! Mais comment faire pour échapper à mon destin, à la mort, comment sortir sans revoir les endroits de mes souvenirs que je dois oublier... Un visage m'apparut alors. Je doutai... Etait-ce bien réel, ou encore le fruit d mon imagination ? Etait-ce la mort qui venait me chercher, ou une amie venue me sauver ? J'avance... J'y suis presque... Encore que quelques centimètres... Je bascule en arrière, une force inconnue m'entraine. Que faire ? Cette force veut-elle me sauver ou me tuer ? Bientôt je le saurai, mais je me pose encore cette question : qu'ai-je vraiment fait ? Mourrais-je donc sans le savoir ? Je ferme les yeux... Et je hurle, je hurle... Que ce passe-t-il ? Ma chute c'est arrêtée, je me trouve comme suspendu en l'air ! Cette force ! Serait-elle bienfaisante à mon égard ? Dans ce cas, qu'est-elle réellement ? Un fantôme de mon passé ? Etait-ce réellement Elle, celle que j'attendais de"puis si longtemps, que je n'avais plus espoir de revoir ou sombrais-je réellement dans le délire ? Je me laissai allai. Mon corps ne bougeait plus. Il fallait que je retrouve le calme, dans mon esprit surtout, afin de pouvoir réfléchir. Repensant aux exercices de Yoga que je faisais plus jeune, je détendis mes muscles et oubliais toute pensée, toute crainte. Faire le vide, ceci m'aiderait et me soulagerait enfin. Petit à petit, le vide ce fit en mon esprit. Je ne pensai plus à rien, je ne voyais plus rien... Une sorte de voile noire. Je me laissai alors transporté.
Quand j'ai ouvert les yeux, j'étais allongé, dans un lit, dans une cabane. Je me levais, et titubais jusqu'à la porte. J'étais dans un arbre de plus de 100 mètres de haut. Comment cela pouvait être possible, je ne m'étais rendu compte de rien... Que c'était-il passé, et qu'étaient devenus mes amis ? J'étais seul dans cette cabane, il n'y avait aucun moyen de descendre : ni corde, ni échelle, et le tronc de l'arbre paraissait bien lisse.Une solution était donc possible : par les airs. Mais comment ? Et puis quand je serais en bas que ferais-je, que m'arrivera-t-il ? Il fallait que je réfléchisse, mais la faim m'en empêchait : je ne savais depuis combien de temps je n'avais pas mangé... Regardant autour de moi, je découvris une corbeille de fruits variés inconnus à ma science. Je ne les avais pas vu avant... Comment avaient-ils pu arriver ? Encore un nouveau mystère. mais je n'avais plus assez d'énergie pour réfléchir. et les fruits dégageaient des parfums enivrants. Bien qu'hésitant, je tendis une main vers l'un d'eux et m'en saisis. Je croquai dedans à pleine dents, affamé. Je vis alors un mot.... Et cette question alors me frappa : qui pouvait encore penser à moi ? Etait-ce celui qui m'avait amené jusqu'ici ? Mais qui ? Mais je ne comprenais pas ce qui était noté, je ne connaissais pas cette forme d'écriture. Cette "écriture" se trouvait sur tous les autres fruits. Un message à faire passer. Que je ne pouvais interpréter. Je n'avais jamais appris cette langue, mais je l'avais déjà, j'en étais sur. Je devais me replonger dans mes souvenirs... Il fallait que je me concentre... Soudain cette question me vint à l'esprit : "quelle heure était-il, et quel jour était-on ? Beaucoup de questions sans réponses. Et le fruit, délicieux, légèrement acidulé, tout en étant sucré, ne m'avait pas encore fournit assez d'énergie. Je m'assis donc pour continuer mon repas. Le jus coulait entre mes doigts, et formait une sorte de paroi gluante. Quand j'eus fini, je n'avais plus de mains. Mais des palmes. Je voulus crier mais une force, quelque chose me retenait, plus fort que la peur. Qui avait pu faire cela ?! A moins que...l'eau. Mais oui, l'eau, je devais aller dans l'eau, elle repousserait l'incarnation du mal qui m'épie depuis toujours... Mais pourquoi me prévenir comme cela ? Quelque chose m'avait été cachée auparavant, mais quoi ? Mais ou trouver de l'eau. Lors de ma visite des lieux, je n'avais rien vu, pas une marre au sol... L'eau est partout, m'avait-on dit, un jour de brouillard. Le brouillard... S'il montait à cette hauteur, j'avais une chance. Je ne pouvais pas attendre les bras croisés... Je devais donc... Sauter !!! La peur m'envahit, même si j'essayais de me rassurer que je sauterais dans de l'eau, que le brouillard me soutiendrait... Je devais tenter ma chance coute que coute, je n'avais plus rien à perdre... Je me lançai... La chute, contrairement à ce que je craignais, au lieu de me faire peur, me grisa... Pour une fois, je me sentais enfin libre. La sensation de tomber n'était pas. Je ne me sentais pas oppressé. J'avais l'impression de flotter. J'ai voulu alors tester... Ecartant les bras, je les agitais comme un oiseau. Et là ! Oh miracle, je montais ! Je montais... Comment cela pouvait-il être possible ? Pourquoi me poser cette question alors que, maintenant,tout devenait si impossible. Je ne savais que penser vraiment... C'est alors qu'autour de moi, tout s'assombrit. Au loin, des éclairs zébrèrent le ciel. Un violent orage approchait. Déjà, je recevais quelques gouttes d'eau. Utilisant mon talent recement découvert, je me dépêchais de m'éloigner. Mais le vent de m'entrainer vers le tourbillon. Que faire, étais-je donc perdu... C'est alors que je repensai à l'eau et...à mes palmes ! Il devait forcément y avoir un rapport avec cette tempête. Qu'allais-je devenir ? En quoi allais-je me transformer ? En batracien, avec mes membres palmés, ou en oiseau, vu que je pouvais voler ? Ou un croisement des deux, devenir une sorte de monstre.Un monstre mutant... Etait-ce ma véritable nature ? Condamné à ce cacher pour échapper à la folie des hommes. Pouvais-je m'y résoudre et abandonner celle pour qui j'étais là ? Alors tout ce que j'avais fait serait réduit à néant. Non, je ne pouvais abandonner ! et pourtant... Renoncer était mon destin, je le savais. Est-il possible de renoncer à son destin ? Au fond de moi, je l'espérais. Mais contre qui ou quoi devais-je me battre ? Ou la trame de ma vie était-elle enregistrée, gravée, afin que je puisse essayer de changer ce cours de ma vie ? Sortant de nouveau de mes pensées funestes, je tentais tant bien que mal de me sortir de cette périlleuse situation. J'essayais de me remémorer chaque petit détail d'un moment ou je pense que je pouvais apprendre ou était gravé ma vie... Mais je n'arrivais à rien, je ne me souvenais pas car je fus distrais par... Une libellule ! Cette libellule, pourquoi m'a-t-elle tant distraite ??? C'est alors que tout me vint à l'esprit ! Je lui avais couru après ! Elle m'avait amené à un endroit puis c'était envolé... Alors serait-ce possible que... Si je me rappelais ou cette poursuite m'avait conduite, alors je pourrais connaitre ma vie, et peut-être réussir à en détourner son cour. De l'eau, encore de l'eau. Toujours de l'eau. L'eau. Une libellule. Un lac. Une rivière. Un manoir. Blanc. Comme les draps et la figure de ses occupants. Non, pas tous les drap ! Un... Rouge. Du sang . Une femme dans la douleur. Un enfant dans le bonheur. Était-ce là qu'étaient tous les secrets que recelait ma vie ? Mais pourquoi cet enfant était heureux de la douleur de cette femme... Est-ce encore un mystère de ma vie ? Je ne tarderais pas à le savoir... La terre se rapprochait. La terre, notre mère à tous. Notre mère !!! Ma mère !!! Ma mère était morte, en couche, alors qu'elle attendait une fille. Une fille, ma sœur. Ma sœur que j'étais heureux de rencontrer. Ou était-elle maintenant ? Ou ce trouvait le château des visages blancs ? Il me fallait réfléchir. Et vite. Le tourbillon approchait... Que faire... La réponse s'imposait à moi, je le savais, mais je ne trouvais pas la force de me concentrer... La réponse est la, au bout de mes doigts, j'en suis sur... Juste un petit peu de concentration et... Je pourrais trouver. Des éclairs, l'orage... Le vent qui soufflait. La pluie me frappait le visage. Puis soudain...Pas de douleurs. Pas de sensation. Ma chute s'était arrêtée. Je ne pouvais plus bouger. Plus rien ressentir. Etais-je mort ? Etais-je passé de vie à trépas ? Avais-je fais le grand saut ? Tant de question, trop même... Mais comment ? L'orage ne m'avait pas encore frappé et je n'étais pas tombé... Tant de mystère ! Les mystères hantaient ma vie depuis mon enfance... J'avais grand dans le mystère qui, autour de moi, prenait de l'ampleur, grandissait... Si un jour seulement j'avais osé poser LA question. Celle qui m'aurait évité d'autres mystère encore. Mais pour moment, il fallait que je m'occupe de moi à l'instant présent. Je n'arrivai toujours pas à ouvrir les yeux, je ne savais donc pas ou je me trouvais, dans quelle état je pouvais être. Vivant ou mort, ou dans l'attente d'un nouveau passage pour un autre ailleurs ? Un ailleur qui serait...Meilleur ou pire... Mais quelle est réellement la destination finale... Y en a-t-il seulement une ? Ne penser qu'au présent, le présent, le présent... C'est si dur... Le passé me hante et le futur m'intrigue... Futur... En aurais-je seulement un ? Bonne-maman disait toujours que rien n'est fait au hasard... Ou était Bonne-maman ? Cela faisait longtemps qu'elle avait disparu. Je voudrais tant la retrouver. Encore une recherche. Cela m'épuisait. Mais maintenant, maintenant, ou étais-je. J'essyais encore d'ouvrir les yeux, de bouger, en vain. Mon futur, s y j en avais un n'aurait plus de sens... alors à quoi bon... à quoi c'est vraiment résumé ma vie? A rien. Ma vie se résume à rien. J'étais allé d'échec en échec. Devais-je en finir pour de bon ? Mais pour cela, il fallait déjà que je puisse bouger. Suis-je réellement le raté que tout le monde dépeint ? Qu'avais-je fait pour mériter ça? Rien... rien de ma connaissance... est-ce la vie qui a choisit ce destin si injuste?! Cela vaut-il donc la peine de continuer ? Je ne le sais plus. De l'aide.... Il me faut de l'aide. J'en suis toujours au même point. Je ne peux jamais compter que sur moi même. Je me crois fort, intelligent... J'ai osé partir seul pour cette aventure, laissant mes amis dans l'ignorance de mon dessein. Et pour être sur, j'ai même brouillé les pistes afin de les éloigner le plus possible. Mais voila que maintenant, je pleure leur absence ! Que font-ils en ce moment ?Que font-ils ? Comme toujours, je me pose des questions sans réponses. J'en ai l'habitude, pourtant. Mais cette fois, je n'arrive pas à me défaire de cette angoisse qui m'etreint. Je suis seul, vraiment seul. Perdu dans ce monde qui parait pourtant habité. Ou du moins, qui le fût. Perdu dans ce monde, ne pouvant plus ouvrir les yeux, ne pouvant plus bouger, ne ressentant plus rien. Que suis-je devenu ? Un corps sans réelle vie, une masse inerte. Un Esprit prisonnier. Même pas un fantôme. Ou si, celui de mon propre cerveau. Je lui fais peur, je me fais peur. Et je ne peux même pas hurler. Physiquement, je veux dire... Car dans ma tête, ma pauvre tête, mes cris répondent à mes hurlements.Je n'ai plus de sensations. Du moins... Si, je ressens tout de même mes cris descendre le long de ma colonne, partir dans mes bras, mes jambes. Et cette onde, parfois, à mon grand soulagement, disparait, comme absorbée dans le sol dans lequel je dois être prisonnier. Mais sinon... SINON... Comme un mascaret, je la sens remonter, plus dévastatrice que jamais, faisant tressaillir mes membres. Je la sens remonter, m'emplissant d'une terreurs inouïe. Et je crie, je crie, sons inarticulés. Espérant que cette vague coupera LA vague. Mais cela ne se produit jamais... Balayée par la puissance, elle se retourne, emplifiant encore l'onde dévastatrice. Et lorsqu'elle arrive... Oh non... En voila e, plus forte que jamais... Au secours, au secours...


Pourquoi ai-je crié ? Je le sais que cela ne sert à rien. Mais la peur, la peur me fait faire des choses... Je du m'évanouir, car je ne me rappelle de rien. Je n'ai pas ressenti l'explosion. Et les ondes qui se choquent sur les parois, s'entrechoquent... Mais j'ai mal, plus mal qu'à l'habitude... Que m'arrive t'il ? Quelle est cette odeur métallique ? Et ce goût , salé, sucré même ? Ma gorge me brûle, mes poumons me brûlent... C'est du sang... Mon sang, qui remplit ma bouche, mes narines. Paquets visqueux qui obstrue ma respiration... Mes poumons éclatent... Mon cerveau aussi. Je sens mon cœur s'accélérer...

JE VAIS MOURIR... JE VAIS ÊTRE ENFIN LIBRE, JE NE SOUFFRIRAI PLUS !!! OUI, JE SUIS ENFIN HEUREUX. J'ATTENDS. VIVE LA MORT, MA MORT, QU'ELLE M'EMPORTE VITE...
JE ne ressens enfin plus rien...

Adieu !!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Contribution foromesque   

Revenir en haut Aller en bas
 
Contribution foromesque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 Sujets similaires
-
» Appel à contribution : Journée d'étude sur les patines
» qu'est-ce que la contribution apporte?
» toufflers ma contribution photo
» appel à contribution - ICOM-CC
» Ma contribution au zoo d'Amneville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au fil de la plume :: Papottage-
Sauter vers: